First Class Robotics : Un robot humanoïde pour servir toasts et cocktails

En 2013, la société First Class Robotics faisait le buzz dans les médias en mettant sur le marché un robot humanoïde capable de servir boissons et petits fours dans des réceptions, distribuer des prospectus dans un salon ou faire de la promotion dans une grande surface. Numéro 1, c’est son nom, est  fabriqué à Caudan, près de Lorient, dans le Morbihan. La formule a déjà été déclinée pour une utilisation dans le domaine de l’assistance aux personnes.

“Puis-je vous offrir une douceur ?”. Du haut de son mètre cinquante-cinq, le premier robot de service, commercialisé par la société morbihannaise First Class Robotics, n’est pas aussi bavard que le C3PO de Star Wars. Mais il est capable de prononcer les phrases types du métier de serveur et de s’excuser, en français et en anglais, avec une voix plutôt agréable, s’il est bousculé par inadvertance. L’androïde, lui, est programmé pour éviter les obstacles : deux caméras à vision ultrasonique sondent les alentours, du sol au plafond, avec deux systèmes indépendants en cas de panne.

First Class Robotics : Un robot humanoïde pour servir toasts et cocktails

Une “boîte noire” filme en continu ses prestations. Complètement autonome, équipé de quatre batteries de 12 volts, il se déplace sur deux roues, peut travailler pendant 12 heures, porter des charges de plus de 50 kilos et est adapté aux non-voyants, une première. Il peut changer de costume en fonction des événements dans lesquels il intervient, voire endosser l’uniforme d’une entreprise.

A la demande, il est équipé d’une tablette tactile et d’un système de reconnaissance de personnes ou d’objets, permettant ainsi une connexion wifi pour une visioconférence, de la téléprésence ou une présentation multimedia. Des fonctionnalités utiles pour une veille et une assistance auprès des personnes âgées ou handicapées, développées dans une formule baptisée Numéro 1 Plus. Celle-ci s’adapte aussi au travail des médecins : l’androïde est capable de suivre un praticien dans les couloirs d’un l’hôpital pendant ses visites, lui donnant accès à tout moment aux données des patients sur Internet, lui portant son matériel et ses dossiers et lui permettant de demander l’avis d’un confrère par visioconférence directement de la chambre du patient.

Uniquement disponible en location

“Numéro 1 est conçu pour aider l’homme dans les tâches ennuyeuses et répétitives, le tout sur un mode de fonctionnement digne d’un jeu d’enfant, sans code ni programmation”, souligne son créateur, Bernard Marti, directeur du département robotique. Son coût de production ? Moins de 16.000 €. Pour contrer un prévisionnel de fabrication estimé à 100.000 €, la société s’est penchée sur des  technologies et matériaux existants et produits à grande échelle. Ce qui en fait un produit accessible, disponible uniquement en location : en formule découverte, 500 € les trois heures, présence d’un ingénieur comprise, avec un forfait de 300 € par robot supplémentaire si la manifestation nécessite la prestation simultanée de plusieurs robots-serveurs.

Ce tarif abordable, associé à une simplicité d’utilisation, permet déjà à la société de compter 200 clients à son actif. Et les demandes explosent, à tel point que First Class Robotics est incapable de répondre à toutes les sollicitations des entreprises et particuliers. “C’est un premier pas vers l’intégration des robots dans la vie de tous les jours”, s’enthousiasme son concepteur.

A 53 ans, Bernard Marti n’en est pas à son premier ni à son dernier coup d’essai en matière d’innovation. Diplômé en électronique, informaticien de métier, il commercialisait déjà en 1997, en exclusivité mondiale, des simulateurs équipés d’un casque virtuel alors qu’il était à la tête de Nova Robotique France. Aujourd’hui, il compte développer l’activité de son entreprise dans la niche inexploitée de la “cobotique”, ou robotique collaborative, en soutien à l’activité humaine : trois autres prototypes de robots sont en cours de conception, dont un plus petit, de forme ovoïde, sorte de D2-R2 destiné à l’animation et à la surveillance des enfants.